6 leçons d’entrepreneuriat par Arnold Schwarzenegger

Jeudi dernier nous recevions Arnold Schwarzenegger dans nos bureaux pour une interview exclusive. Non blague, on a juste regardé cette vidéo YouTube sur ses 6 clés du succès. Cette vidéo a été partagée dans l’open space, et après avoir un peu rigolé de la musique épique digne d’un bloc buster produit par ce dernier, nous avons réalisé que ces 6 points étaient très intéressants, et surtout, qu’ils pouvaient être adaptés à l’entrepreneuriat.

1. Ayez confiance en vous

Vous allez commencer par nous dire : « Je n’ai pas de leçon à recevoir d’un bodybuildeur… ». Nous ne vous contredirons pas. Mais ne voyez pas le sportif, l’acteur de film d’action, ni même la carrière politique de Schwarzy, mais voyez plutôt cet Autrichien, débarqué à 21 ans aux États-Unis, sans grandes connaissances de l’Anglais, et qui a accompli quasiment tous ses rêves. N’est-ce pas la preuve qu’avec un peu de confiance en soi tout devient possible?

Qui voulez-vous devenir? Je ne dis pas, ce que vos parents, ou vos professeurs veulent que vous deveniez, mais bien vous.

2. Break the rules

Ou « Enfreignez les règles » (mais ça le faisait moins en Français…). Venant d’un Germanique, ça vous en bouche un coin hein ! Attention, pas les « lois » mais bien les « règles ». Ce que Gouvernator nous dit est que la vie est remplie de règles, et qu’il est impossible de sortir du lot si on essaie de toutes les suivre. Et en créant votre compagnie, vous voudrez décidément sortir du lot.

Quel est le but de la vie, si tout ce que vous souhaitez est d’être comme tout le monde et éviter les problèmes?

3. N’ayez pas peur de l’échec

Vous ne pouvez pas gagner à chaque fois, mais n’ayez pas peur de prendre certaines décisions. Vous ne pouvez pas être paralysé par la prise d’une décision, sinon vous ne vous pousserez jamais.

En regardant de plus près la vie d’Arnold, n’oublions pas qu’il a perdu quelques titres de bodybuilding, joué dans des navets, fait des erreurs en tant que gouverneur, et surtout vécu un divorce difficile, avec notamment un fils illégitime avec la bonne… Une homme parfait Arnold? Surement pas. Mais cela ne l’a jamais empêché d’aller toujours plus haut dans sa vie. Il se serait pas arrivé là en ayant trop peur de l’échec.

4. Ne faites pas attention aux défaitistes

Nombreux sont ceux que vous croiserez sur votre route et qui vous diront « vous ne pouvez pas faire ci, vous ne pouvez pas faire ça », « personne ne l’a fait avant ». Conan le Barbare nous dit « tant mieux si personne ne l’a fait avant, ça veut dire que je serai le premier à le faire ! ». En effet, combien de personnes sont passées de prof de gym à Gouverneur avant lui? Hmm…

5. Bougez vous le c**

La plus importante selon lui. Mohamed Ali a dit dans les années 70 « je ne compte pas le nombre d’abdos que je fais, je commence à compte seulement quand ça commence à tirer ».

Quand vous être en train de vous reposer, ou de faire la fête, quelqu’un, quelque part, est en train de travailler dur pour gagner. Si vous voulez être un champion, il faut travailler.

« En dormant 6 heures, cela vous laisse 18 heures pour travailler dur ». Euh… attendez, moi je dors 8 à 9 heures par nuit… « Dormez plus vite » répond-il…  » Vous ne pouvez pas monter l’échelle du succès les mains dans les poches ».

6. Donnez en retour

Tendre la main et aider les gens vous donnera toujours plus de satisfaction que tout ce que vous pouvez faire dans votre vie. Le karma, ça vous dit quelque chose? Le jour où vous générerez vos premiers profits, rendez à la société, à l’État, avec la satisfaction d’avoir contribué à l’économie, à un meilleur monde.

Vous ne serez surement pas arrivé là sans l’aide de certaines personnes. Si ce n’est pas directement à elles, rendez quelque chose à la société dans laquelle vous vivez. Dans laquelle nous visons tous.

Optionnel

Gouvernator conseille également dans un autre discours l’accent allemand. Mais ça c’est peut-être moins utile pour l’entrepreneuriat que pour jouer un rôle de robot tueur. Quoique…

P.S: désolé si son nom a été écorché à un moment mais il est trop compliqué. Et Word ne sait pas comment le corriger automatiquement…