Future job markets blog header

L’entrepreneuriat est devenu plus facile qu’auparavant : « Il est possible de créer une entreprise uniquement au moyen d’un ordinateur portable »

Pour certains, être entrepreneur est une condition forcée par les circonstances, mais pour d’autres c’est la possibilité de réaliser ses rêves. Le nombre d’entrepreneurs individuels en croissance constante crée de nombreuses possibilités, tant que les structures de la société restent adaptées face à ce changement.

L’«économie des petits boulots (gig), la numérisation et l’élan des startup sont des mots à la mode de ce changement. Bien que la majeure partie des travailleurs occupent toujours un emploi permanent à plein temps, les entrepreneurs individuels représentent un groupe toujours croissant. En outre, de plus en plus de jeunes considèrent l’entrepreneuriat comme une option de carrière de plus en plus valable.

– L’éthique entrepreneuriale s’est renforcée et l’esprit startup s’est généralisé. J’oserais même dire que l’éducation entrepreneuriale et les discours tenus dans les médias ont eu une influence sur les attitudes, dit Ville-Veikko Pulkka, Doctorant en politique sociale de l’Université d’Helsinki.

L’experte senior du groupe de réflexion Demos Helsinki Julia Jousilahti partage cet avis. Elle note que le discours a changé , et que les médias font un battage publicitaire de la vie entrepreneuriale avec divers récits de supers héros. Bien que réussir à partir de rien ne concerne qu’un infime minorité et que le travail en freelance ne convient pas à tous les domaines, J. Jousilahti souligne que la création d’entreprise est plus facile qu’auparavant au gré de la numérisation.

– Les ressources nécessaires pour créer une entreprise, comme les outils, par exemple, sont plus facilement à la portée de tous, et il est possible de créer une entreprise uniquement au moyen d’un ordinateur.

L’entrepreneur donne un sens au monde

L’entrepreneuriat combine la responsabilité et la liberté d’une manière différente que le travail salarié. Aussi bien Ville Veikko Pulkka que Julia Jousilahti souligne le fait que l’entrepreneuriat n’est pas un grand rêve, mais que simplement, ’il n’y a pas de travail salarié disponible. À ce moment-là, on ne peut pas parler de choix personnel pour ces entrepreneurs.

Ville Veillo Pulkka note que sur la base des statistiques, la première raison pour créer une entreprise est toutefois dû au fait que la bonne occasion s’était présentée.

– L’image de soi des personnes qui s’auto-emploient n’est pas aussi maussade qu’on le laisse parfois entendre. Les études menées révèlent que l’attrait des personnes auto-employées envers leur travail est bien plus élevé que parmi les salariés, et donc que le travail est bien plus enrichissant pour la personne.

Selon J. Jousilahti, dans le meilleur des cas, l’entrepreneuriat donne la possibilité de faire un travail de grande importance. De plus, l’entrepreneuriat agit comme un réformateur social, lorsque les nouvelles entreprises et innovations ne dépendent plus des vieux secteurs et modèles d’action.

– En particulier, la génération Y ne veut plus aller au travail de neuf à cinq heures uniquement guidés par l’éthique luthérienne. Dans ce sens-là, l’entrepreneuriat peut offrir de meilleurs possibilités qu’un travail salarié traditionnel, estime J. Jousilahti.

Ville Veikko Pulkka croit aussi que « le travail combo » qui combine le travail salarié et l’entrepreneuriat prendra une part croissante.

La sous-assurance et la tarification abusive constituent des points problématiques

On craint souvent que la numérisation, l’intelligence artificielle et la robotisation vont faire supprimer des emplois, cependant, de nouvelles activités naissent avec cette transition. Les entrepreneurs individuels se voient offrir de nombreux services et communautés qui leur permettent d’alléger leur fardeau de travail et de trouver des pairs ou de l’aide pour développer leurs activités.

Ville Veikko Pulkka et Jenni Jousilahti évoquent aussi les structures de la société dans l’évolution du travail. Parmi les problèmes identifiés figurent également la sous-assurance, une sécurité sociale défaillante et dans certains cas, les faibles possibilités des autoentrepreneurs d’avoir un impact sur la tarification de leur propre travail.

Julia Jousilahti met l’accent sur le fait qu’elle s’oppose à l’économie de plateforme, mais qu’elle attend un débat sur sa régulation et son développement. Ce sujet a été pris en compte aussi dans le programme du gouvernement dans lequel on promet d’examiner les besoins de modification de la législation, par exemple, sous la perspective des autoentrepreneurs et de l’économie de plateforme et de collaborative.

– Le travail doit permettre de subvenir à ses besoins et doit être équitable pour tous, constate J. Jousilahti.

Allégez la bureaucratie entrepreneuriale au quotidien et facturez au moyen de Zervant.

Essayez gratuitement le programme de facturation Zervant

Logiciel de facturation - simple et gratuit

Facturation en ligne pour auto-entrepreneurs et petites entreprises

Zervant Invoicing Software
  • Logiciel gratuit en ligne
  • Facturation en déplacement, disponible pour iOS et Android
  • Pour les entreprises françaises